//
archives

Entretiens 2011

Cette catégorie contient 27 articles

Le journalisme nouveau est arrivé

La deuxième édition des entretiens du webjournalisme a débuté avec une table ronde portant sur les nouveaux outils et les nouvelles pratiques du journalisme. Table ronde d’ouverture de ces 2e entretiens du Webjournalisme, le thème donne le ton des débats de cette année à l’Amphi Arendt. Les experts de ce domaine sont bien là.

obsweb2011

La place des nouvelles technologies dans les rédactions est de plus en plus importante. Les journalistes n’ont pas tous le même rapport avec les nouvelles réalités. Grégoire Lemarchand, journaliste à l’AFP, nous parle de celui de l’agencier face aux nouveaux outils. Twitter est devenu incontournable pour la plupart des médias et l’agencier s’est adapté à cette réalité selon lui : « Avant quand un agencier sortait d’une conférence de presse, il allait informer les autres journalistes, aujourd’hui, toutes les informations d’une conférence sont sur twitter dès qu’elle est terminée». Mais Grégoire Lemarchand ne manque pas de souligner l’importance du travail éditorial du journaliste, en parallèle des réseaux sociaux : « La hiérarchisation et la contextualisation des informations est essentielle et c’est à l’agencier de donner une information sûre à 200% ».

Philippe Amez-Droz dresse quant à lui un tableau de la situation en Suisse. Les groupes privés se sont selon lui mieux adaptés aux nouvelles technologies. Il cite notamment l’exemple de Tamedia qui propose des informations en continu 24h/24h grâce à une délocalisation d’une partie de la rédaction du site 20min.ch à Singapour. À côté de cela, la presse quotidienne régionale helvétique peine à tirer son épingle du jeu. Les lecteurs suisses veulent une offre plus étendue et seuls les nouveaux outils semblent pouvoir y répondre. C’est peut-être ce qu’a compris Le Monde.fr qui a fait l’expérience du cover-it live lors du séisme qui a touché Haïti. « Cet outil est devenu incontournable lors d’un événement majeur » explique Aline Leclerc, journaliste à la rédaction du Monde.fr. « Il s’agissait pour nous de répondre au problème du traitement d’un événement à chaud », ajoute-t-elle. Les avantages de ce type d’outil sont nombreux. Elle explique que cela permet d’informer en temps réel sur un fait et que cela suscite également un intérêt dans le rapport entre les lecteurs et les journalistes : il y a une interaction. Selon Aline Leclerc, le succès est au rendez-vous à chaque cover-it live: « On nous a même remerciés pour notre travail, c’est assez rare pour être souligné ! ».

Caroline Goulard, Philippe Amez-Droz, Aline Leclerc et Vincent Florant.

La jeune journaliste cède sa place à Caroline Goulard, experte dans le domaine de la Data visualisation. Concrètement, cela correspond à un exercice journalistique basé sur l’exploitation de données. Leur usage brut n’a, en soi, aucune signification ou importance, mais quand elles sont visualisées de façon interactive, elles permettent de rendre le lecteur actif pour qu’il puisse trouver des réponses à ses questions. Elle explique que Google a lancé un concours demandant à développer une application web. Le problème des compétences se pose cependant, notamment concernant la formation. Les journalistes ne bénéficient pas des outils où ils sont formés et ne savent donc pas les utiliser lorsqu’ils en ont besoin dans leur travail. Plus tard, Antoine Msika prend la parole en fin de table ronde. Il est le créateur de l’application web Pearltree, désormais indispensable pour les accros du webjournalisme. Il permet une classification d’informations, données, liens hypertextes dans un arbre (« tree ») virtuel, composé de perles (« pearl »). On connecte les gens pour leur suggérer des contenus. La curation permet de préparer un sujet, le présenter et le suivre. Il peut aussi y avoir une interaction avec les lecteurs via des commentaires ou des perles. Les journalistes peuvent travailler ensemble sur les même pearltrees et ainsi construire un base de donnée commune.

Dernier intervenant de cette table ronde, Vincent Florant, l’un des pères de l’appli de Libération sur iPad et tablettes. Il revendique que son application était novatrice pour les journaux en ligne. Dans le public, certains rigolent et ne sont pas d’accord. Pendant une vingtaine de minutes, il détaille les spécificités de cette application face à un écran de présentation digne des présentations d’Apple. La première table ronde s’apprête à laisser la place à d’autres discussions autour des nouvelles technologies. Il est midi, c’est la pause, tout le monde repart avec sa tablette à la main.

Jules Rigobert & Anthony Rivat

« Internet, un média très mesuré »

Les mesures d’audience sur Internet étaient l’objet de la deuxième table ronde lors des entretiens du webjournalisme à Metz. Cette course au clic a fait chauffer les esprits de certains journalistes pendant le débat.

Lire la suite

Un pied dans le futur, la tête dans le passé

L’arrivée du web dans les rédactions suscite maintes questions quant à la formation à proposer aux futurs journalistes. La quatrième table ronde des Entretiens du Webjournalisme organisés le 1er et le 2 décembre 2011 à Metz apporte des informations sur les attentes et les pratiques de ce nouvel outil par les étudiants en journalisme.

Le journalisme à l’ère numérique

Lire la suite

La PQR peine à s’adapter au numérique

Lors des deuxièmes entretiens du webjournalisme à Metz, la table ronde numéro 3 abordait l’adaptation des médias locaux à Internet. L’occasion de pointer du doigt un retard conséquent…

« On l’avait prévu , et maintenant la maison brûle! », Erwann Gaucher, journaliste et consultant, attaque fort lorsqu’il évoque l’adaptation de la Presse Quotidienne Régionale à l’ère numérique. Multiplication des supports mobiles (smartphone, tablettes numériques), développement des contenus audiovisuels et des réseaux sociaux; les usages évoluent considérablement et la consommation d’information avec. Un défi de taille pour les médias locaux qui doivent combiner difficultés de financement avec réorganisation du personnel et des compétences. Pour en aborder les enjeux, journalistes, chefs de services et chercheurs se sont réunis pour revenir sur l’évolution de l’adaptation de la PQR.

«Au début, on se contentait de faire une simple transposition du journal sur le site internet », confie Antoine de Tarle, Ouest france. Aujourd’hui, avec le web, un journaliste a la possibilité de faire de la vidéo, du son, du texte, de la photo, être présent sur les réseaux sociaux,etc. Selon Pierre Chausse, Chef de service de Metrofrance.fr à Paris, plusieurs problèmes émergent alors : il faut d’abord convaincre les journalistes de l’intérêt du web pour eux, les former, leur apprendre le jargon, leur donner le temps, puis leur fournir les outils nécessaires (appareil photo, smartphone, formation, réseaux sociaux). Capitale, la formation des journalistes est pourtant une lacune accusée par la plupart des rédactions de PQR. Malgré une hétérogénéité des pratiques et des adaptations différentes, la plupart du temps, les journalistes font avec les moyens du bord pour être plus rapide, reconnaît David Flament, coordinateur des éditions du groupe Sudpresse.

Les nouvelles formes de consommation d’information et la mobilité imposent notamment une manière d’écrire différente pour chaque support, « il faut parler au gens selon leurs usages », explique Erwann Gaucher. A titre d’exemple, le consultant évoque les jeunes et leur consommation d’information. Si l’on souhaite toucher cette cible, il faut le faire selon son mode de consommation de l’information privilégié, à savoir le mobile ». Le service, quant à lui, représente une piste de développement importante pour la PQR, qui présente la caractéristique de proximité avec le public.

Irrégularité et hétérogénéité, les médias locaux peinent notamment à optimiser leur présence sur les réseaux sociaux. D’après l’étude présentée par Nathalie Pignard-Cheynel et Brigitte Sebbah (Obsweb), on constate une sous-utilisation des fonctionnalités couplée d’une absence de ligne éditoriale pour la plupart. Après discussion, les journalistes et chercheurs présents dénoncent une inculture numérique qui persiste dans les médias, qui pourrait être comblée par la formation des journalistes. Vaste défi pour la PQR donc que de s’adapter à l’ère numérique, elle qui jusque là favorisait l’utilité et la proximité, et qui doit désormais y ajouter instantanéité et interactivité.

« Le web est aujourd’hui au cœur de la rédaction »

L’arrivée d’Internet a bouleversé le journalisme. La cinquième table ronde sur l’accompagnement GRH au changement dans les rédactions est l’occasion de faire le point sur ce qui a réellement évolué au cours de ces dernières années.

Cinquième table ronde des entretiens du webjournalisme

Lire la suite

RH : des pratiques essentielles pour suivre les évolutions

La cinquième table ronde, intitulée « L’accompagnement GRH au changement dans les rédactions » sera l’occasion de présenter les premiers résultats d’une étude sur le sujet.

Olfa Greselle, Anne Carbonnel et Marie Dubern

Lire la suite

Brumelot : « Un journaliste web est doté d’une excellente culture générale »

Olivier Brumelot, délégué régional de France 3 Lorraine depuis 2010 est un homme occupé. Son expérience en tant que responsable de l’activité internet de la chaîne sera enrichissante pour les débats autour de l’accompagnement GRH aux changements dans les rédactions.

Olivier Brumelot, délégué régional aux antennes de Lorraine chez France Télévisions

Lire la suite

« L’accompagnement GRH au changement dans les rédactions » : des adaptations nécessaires (5ème table ronde)

L’une des cinq tables rondes, intitulée “L’accompagnement GRH au changement dans les rédactions”, aura lieu le vendredi 2 décembre, de 15h45 à 17h30. Au programme de ce rendez-vous : les modifications et adaptations que l’arrivée du webjournalisme induit dans l’organisation des rédactions.

Stéphane Leymarie fait partie des intervenants de la table ronde sur la GRH

Lire la suite

Christian Garitte : « Il faut en revenir au b-a-ba »

Christian Garitte, président de la Commission paritaire nationale pour l’emploi des journalistes (CNPEJ) depuis 2009, participera aux 2èmes Entretiens du webjournalisme. Il pourra ainsi nous éclairer sur les enjeux de l’évolution du métier de journaliste avec l’avènement du web dans les rédactions.

Christian Garitte, Président de la Commission paritaire nationale pour l’emploi des journalistes

Lire la suite

[Vidéo] Réaction de François Bougon, chargé des réseaux sociaux à l’AFP

Réaction de François Bougon suite à l'intervention d'Olivier Lambert pendant les entretiens du webjournalisme.

Les intervenants des Assises

 

Prezi Assises 2013

Pearltrees Assises 2013

7è édition des Assises Internationales du Journalisme et de l'In 

Assises 2013 en photos

#Assises2017

#Assises2017

#Assises2017

Plus de photos

Archives